Foot

© BORIS HORVAT - Photographe : AFP/Archives

mercredi 13 juin 2018

Fair play financier: amende de 100.000 euros pour l'OM

BORIS HORVAT - Photographe : AFP/Archives
Vue générale du Stade Vélodrome prise le 7 juillet 2016 à Marseille

L'Olympique de Marseille a écopé mercredi d'une amende de 100.000 euros de la part de l'UEFA pour ne pas avoir respecté les règles du fair play financier édictés par l'instance.

Alors que le Paris SG a été entièrement relaxé, l'OM s'est vu infliger cette amende par la commission de contrôle financier des clubs (ICFC) pour avoir "légèrement dépassé" le seuil de déficit imposé par l'UEFA pour la période 2017/18.

Le club, finaliste malheureux de la Ligue Europa la saison dernière, continuera d'être placé "sous surveillance" pour la période 2018/19.

Outre le PSG et Marseille, une quinzaine d'autres clubs sont passés sous le crible du gendarme financier de l'instance européenne.

De son côté, Monaco, qui avait conclu un accord avec l'UEFA, a été jugé en conformité avec les critères et n'est donc plus placé sous le régime de cet accord. C'est également le cas pour le FC Krasnodar, le Lokomotiv Moscou, l'AS Rome et le Zenit St-Pétersbourg.

En revanche, le club turc de Galatasaray et israélien du Maccabi Tel Aviv "n'ont pas respecté" les règles de déficit et ont accepté un accord avec le gendarme financier de l'UEFA.

Le plus durement sanctionné, Galatasaray s'engage à réduire son déficit à 20 M EUR en 2019 et à 10 M EUR en 2020. Il devra également payer une "contribution" de 15 M EUR à l'UEFA, qui sera prélevée sur ses revenus issus de sa participation aux coupes européennes. Le club sera enfin soumis à une limitation à 21 (contre un maximum de 25) du nombre de joueurs alignés en compétition européenne et des transferts.

Le FC Astana, Besiktas et le FC Porto ont répondu aux objectifs fixés pour la saison 2017/18. Les deux premiers restent sous le régime de l'accord pour la prochaine saison tandis que Porto y sera soumis jusqu'en 2020/21.

En revanche, l'Inter de Milan et les deux clubs turcs du Fenerbahçe et de Trabzonspor n'ont que "partiellement" rempli les objectifs fixés pour la saison 2017/18.

De ce fait, ils restent soumis pour la saison à venir aux restrictions déjà en place, à savoir une limitation dans les transferts et dans le nombre de joueurs alignés en compétition européenne.

Le cas du Rubin Kazan qui n'a pas respecté les règles de déficit, a été transmis à la chambre de jugement de l'ICFC, a précisé l'UEFA.

L'UEFA doit encore se prononcer fin juin sur le cas du Milan AC, qualifié pour l'Europa League la saison prochaine mais qui risque de lourdes sanctions.